La Chapelle des Carmes

Le Couvent des Carmes est un haut-lieu de la mémoire brugelettoise, dont les origines sont indissociables d'un des noyaux de Brugelette, la seigneurie de Hérimez.
Succédant au couvent des Bogards établi en Hérimez par les seigneurs de l'endroit en 1467, le couvent des Carmes de Brugelette fut fondé en 1569 par des Carmes venus de Valenciennes à la demande de Gabriel de Jauche-Mastaing, seigneur de Hérimez et Brugelette. Supprimé par l'occupant français en 1793, vendu comme bien national, transformé à l'usage de plusieurs exploitations commerciales au 19ème siècle, il redevint en 1901 maison religieuse occupées par des soeurs Récollectines puis, de 1929 à 1956 par des Carmélites. Depuis une trentaine d'années, l'ancien couvent des Carmes sert de demeure et d'atelier à un peintre talentueux et reconnu, dont la réputation artistique fait honneur à l'entité, Michel Jamsin. Signe de l'importance symbolique de l'ancien couvent dans la mémoire collective, tout le quartier dont il est le coeur et qui recouvre en partie la seigneurie de Hérimez est connu sous le nom de "Quartier des Carmes".  
     
                                                

chapelle1

 
 
 
 chapelle2
 
La Chapelle, dans son état actuel, est un espace architectural remarquable, particulièrement bien adapté à une reconversion à des fins culturelles. Elle est le fruit d'un réaménagement par les Récollectines d'une ancienne grange en long, témoin de l'architecture rurale du 19ème siècle et religieuse du début du 20ème, qui mérite d'être conservée. Sa grande sobriété en accentue la polyvalence et la rend exploitable pour des spectacles, des conférences, des expositions, des manifestations culturelles variées. Ses dimensions paraissent particulièrement appropriées au chaland que peuvent drainer pareilles manifestations culturelles dans une entité de taille modeste comme Brugelette. Son acoustique exceptionnelle a été récement appréciée à l'occasion de plusieurs concerts organisées notamment par "l'Envolée des Arts". La proximité du "Centre Culturel", de la "Maison des Jeunes", du parc communal et ses infrastructures ludiques et sportives, ainsi que des possibilités de parking non négligeables ajoutent encore à ses atouts, comme cela fut illustré par le succès du spectacle-promenade "Rires et larmes aux Carmes" mis sur pied par la Maison Culturelle d'Ath avec le concours de l'Association Marcel Thémont en septembre 2004.
 
Aux yeux de l'Association Marcel Thémont, la mise en valeur de la Chapelle des Carmes et son aménagement en vue d'en faire un espace artistique et multiculturel devraient par ailleurs être associés à un projet plus vaste de sauvegarde et d'affection non marchande de l'ensemble des bâtiments de l'ancien couvent carmélitain.
 
                                                                                                                                                   Christian Cannuyer
Actions sur le document