Vallée de la Dendre

La vallée de la Dendre.

 

L'entité de Brugelette englobe une grande partie du bassin de la Dendre Orientale, une rivière modeste mais néanmoins pittoresque qui se traduit par des zones boisées et/ou humides, dont la plupart font l'objet de protection (classement, réserve).

La campagne environnante est attrayante. La diversité paysagère et le cadre verdoyant invitent à la promenade et à la randonnée.

 

Circuits non balisés au cours de la Dendre.

 

1 - ATTRE – « Un autre visage »

 

(Accès : Ath – N56 Mons-Ath – dir. Attre jusqu’à l’entrée du château)

Cette promenade guidée permettra au visiteur de découvrir un aspect de la vallée de la Dendre orientale à partir de l’élégant château d’Attre, inscrit sur la liste du Patrimoine exceptionnel de Wallonie. On admirera au passage la très belle façade néoclassique ainsi que, de chaque côté des allées, les remises à carrosses de style Louis XVI. On se dirigera ensuite, par l’avenue du Château, vers la « Parapette », ancien fortin de la défense avancée du château-fort primitif, daté de 1736, construit en moellons de grès (extraits à Attre) et témoin de l’exploitation de la pierre dans cette partie de la vallée. Empruntant un pittoresque chemin au creux de la vallée, on rejoindra le site classé du Moulin, dit « De-la-Passe-Tout-Outre », ancien moulin seigneurial sur la Dendre, dont le pont en dos d’âne, les vannes et le mécanisme anciens forment un ensemble architectural qui charme par sa poésie (classé comme monument depuis 1978). Avant de regagner le château, l’attention du promeneur se portera enfin sur la cour Roucloux, ancienne ferme en U greffée à l’arrière d’une aile perpendiculaire datée de 1799.

 

 

2 – CAMBRON CASTEAU – « A l’ombre de l’abbaye »

 

Qui ne connaît le domaine de l’ancienne abbaye cistercienne de Cambron Casteau, actuel « Parc Paradisio ». A l’ombre du domaine abbatial, le village de Cambron, sans doute parmi les plus beaux de Wallonie, a bien des facettes cachées à faire découvrir au visiteur. La ferme Labrique (actuelle demeure de Christian Delputte d’où part la promenade), ancienne dépendance de l’abbaye, datée de 1768 sur la porte du logis, livrera ses secrets liés à la vie de la localité. Longeant la Dendre par « Les Bouloires », le promeneur sera conduit vers l’église Saint-Vincent, église gothique du XIIIème siècle, en moellons, monument classé depuis 1982. Ses fonts baptismaux gothiques, sa vierge en bois habillée à l’espagnole, ses autels en marbre garnis de retable en dinanderie feront le délice des amateurs d’art. Avant de rejoindre la haute porte de l’abbaye, construction de style classique au bout d’une imposante allée de tilleuls séculaires, le promeneur fera un temps d’arrêt au moulin des Prés (actuelle demeure d’Alphonse Maenhout), moulin à eau du dernier tiers du XVIIIème siècle, ancienne dépendance de l’abbaye, resté en activité jusqu’en 1989, et témoin privilégié d’un riche passé.

 

3 - GAGES – « De ferme en ferme »

 

(Traverser le village de Brugelette, prendre dir. Silly par N523, après 3 Km prendre à dr. vers Gages).


Ce circuit aura pour point de départ l’imposante ferme en quadrilatère « de la Court », plus connue aujourd’hui sous le nom de « ferme Implan ». Par l’avenue des Cerisiers, vous vous dirigerez vers le château du lieu, jadis possession des comtes de Lichtervelde à qui avait échu la terre de Gages. La boucle suivie permettra d’en admirer la belle façade néoclassique précédée d’un large escalier. Au sortir du parc, vous découvrirez la silhouette trapue de la ferme du Blocus et de la présumée chapelle-fontaine de Sainte-Sybille. Empruntant un sentier à l’arrière de la cense, l’on gagnera l’église paroissiale Saint-Lambert ceinturée de son cimetière encore planté de quelques vieilles croix ouvragées en fonte ou en fer. Dans le lointain, isolée dans la campagne, la ferme d’Anchin s’adosse au grand bois de la Provision lequel nous renvoie aux moines de Cambron. Sur le chemin du retour, dans une prairie, sur la rive gauche de la Dendrelette, vous aurez l’attention attirée par la « motte », dernier vestige de l’antique donjon du manoir où naquit, à la fin du XIIème siècle, sainte Sybille dont la fête locale, récemment remise à l’honneur, se célèbre le 9 octobre. Et revoici la ferme de la Court aux remarquables baies à croisées de pierre ou à traverse.

 

4 - MEVERGNIES – « A la découverte de la Dendre orientale »

 

(N56 vers Attre, après le passage à niveau, 1ère à dr. jusqu’au centre de Mévergnies).

La promenade d’environ 4 Km emprunte le tracé vraisemblable de l’ancienne piste néolithique qui dominait le versant nord de la vallée de la Dendre orientale. Elle a notamment pour but d’attirer l’attention sur la spécificité des pierres (grès, dolomies) tirées des carrières locales et utilisées dans l’architecture locale. L’observation de ces pierres dans le gros œuvre extérieur de l’église paroissiale de Mévergnies (1838-1839) constituera un point de départ. Le premier contact avec la Dendre se fera au moulin de Mévergnies (cité dès le XVIème siècle, remanié aux XVIIIème et XXème siècles). Au fil de la promenade, certaines particularités toponymiques des villages de Mévergnies et Attre sont à relever (…). Deux anciennes censes, typiques de l’histoire féodale et économique de la localité, se trouvent sur le parcours : la ferme de Brague, berceau, dès le XIIème siècle au moins des seigneurs de Brugelette ; la ferme d’Oignies, ancienne propriété du prieuré du même nom, exploitation toujours en activité, reconvertie en ferme-château au siècle passé. A proximité, on admirera la charmante chapelle de Notre-Dame de Solidate (XVIIIème siècle). A la rue de la Dendre (Brugelette), les vestiges de l’ancienne tannerie évoqueront un pan de l’histoire pré-industrielle de la région. 



 

Actions sur le document